Regarder Trainspotting en Streaming

Les aventures tragi-comiques de Mark Renton, junkie d'Edimbourg, qui va tenter de se séparer de sa bande de copains, losers, menteurs, psychopathes et voleurs.

A peine moins poussif dans la violence que son rival Requiem for a dream dont la comparaison est inévitable. La morale est ici moins présente, (le film étant plus axé sur le scénario) et les personnages plus charismatique, caricaturés au possible, et parfois drôle, mais toujours interprétée avec perfection. La bande son est soignée, variée, mais toujours judicieusement placée, et accompagne avec finesses les différentes ambiances du film. Danny Boyle livre ici son premier véritable chef d’œuvre de mise en scène, truffée de bonnes idées, dont il perpétuera l'originalité dans les films suivants.

16/20 : Dans Trainspotting, le seul refuge des jeunes est donc l’héroïne, seul moyen qui leur permet de vivre, de ressentir quelque chose. Face à une vie d’adulte toute tracée et frustrante ennuyeuse à souhait, ils préfèrent se faire plusieurs fix dans la journée. Mais il ne faut pas croire cependant que le film soit une apologie de la drogue. Au contraire, même si le discours du film n’est pas de la dénoncer pleinement, elle n’est pas saluée et on en voit même clairement les travers. Le film regorge de scènes oscillant entre le réalisme et le fantasme, telles la vision déformée du monde sous héroïne. Pour illustrer notre propos, penchons-nous sur une séquence culte. C'est celle de Renton se retrouvant à se vider dans « les pires toilettes d’Ecosse ». Le surréalisme passe d’abord par le décor exagérément glauque des toilettes avant de sombrer littéralement dans l’hallucination avec le plongeon de Renton dans la cuvette. La séquence prend alors une autre tournure, celle d’une sorte de rêve, Renton « flottant » à l’idée de retrouver ses suppositoires, même si la présence de la mine maintient le côté cauchemardesque de la scène.Tout au long du film, le personnage joué par McGregor est accompagné d'une galerie de personnages très déjantée, tels Ewen Bremner en parfait crétin, et Robert Carlyle, incroyable dans ce rôle de fou dangereux. Un film qui démarre tambours battants et qui ne déçoit pas. Alternant humour et scènes chocs, le film baigne dans une atmosphère assez unique. Danny Boyle a pondu une oeuvre poignante (une fois de plus).

Autres Films à Regarder :